ELECTION POLITIQUE CITOYEN

EPHEMERIDE

20 mai, un jour, une vie, un décès

20 mai, un jour, une vie - José Mujica

José Alberto "Pepe" Mujica Cordano est né le 20 mai 1935 à Montevideo, en Uruguay. Il célèbre aujourd'hui ses 89 ans. Il est connu pour sa carrière de révolutionnaire, homme politique et président de l'Uruguay de 2010 à 2015. Son enfance a été marquée par des difficultés financières, son père étant décédé lorsqu'il avait cinq ans, laissant sa famille dans une situation précaire.

Dans les années 1960, Mujica a rejoint le mouvement révolutionnaire Tupamaros, une organisation de guérilla urbaine influencée par la révolution cubaine. Cette période de sa vie fut tumultueuse, marquée par des activités violentes, plusieurs arrestations et une tentative d'assassinat par la police qui le laissa grièvement blessé. Mujica a passé près de 14 ans en prison, dont une grande partie en isolement, avant d'être libéré en 1985 suite à une loi d'amnistie.

Après sa libération, il a fondé le Mouvement de Participation Populaire (MPP), une faction politique intégrée à la coalition de gauche du Front Large. En 1994, il fut élu député et, en 2005, il devint ministre de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche, avant de se lancer dans la course présidentielle en 2009.

Élu président en 2009, Mujica a pris ses fonctions en mars 2010. Durant son mandat, il a promu des politiques progressistes telles que la légalisation du mariage homosexuel, l'avortement et la régulation du marché du cannabis, faisant de l'Uruguay le premier pays à établir un marché national de marijuana régulé par l'État. Il est également connu pour son style de vie austère, vivant dans une ferme modeste et donnant la majorité de son salaire présidentiel à des œuvres de charité, ce qui lui a valu le surnom de "président le plus pauvre du monde".

Mujica a terminé son mandat présidentiel en 2015, laissant une empreinte durable en tant que leader humble et philosophe, critiquant souvent le consumérisme et prônant une vie simple et éthique. Il a continué à être actif en politique, siégeant au Sénat et participant à divers mouvements sociaux et internationaux.

José Mujica est une figure emblématique, souvent admirée pour son intégrité, son dévouement à la justice sociale et son approche pragmatique des politiques économiques et sociales.

20 mai, un jour, un décès - Damaskinos d'Athènes 

Damaskinos d'Athènes, né le 18 février 1891 sous le nom de Vasilios Papandreou, était un archevêque orthodoxe grec qui a joué un rôle important dans la résistance contre l'occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vasilios Papandreou a étudié la théologie à l'Université d'Athènes et a été ordonné prêtre en 1917. Il a été nommé évêque de Corinthe en 1922 et archevêque d'Athènes en 1941, peu de temps après l'invasion de la Grèce par les forces de l'Axe.

En tant qu'archevêque, Damaskinos a été un leader de la résistance grecque contre l'occupation nazie. Il a utilisé son influence pour encourager les Grecs à résister à l'occupation et a aidé à organiser des groupes de résistance. Il a également protesté contre les persécutions des Juifs grecs et a aidé à sauver de nombreuses vies.

En 1943, Damaskinos a été arrêté par les autorités d'occupation et emprisonné pendant plusieurs mois. Après sa libération, il a continué à travailler pour la résistance et a joué un rôle clé dans la libération de la Grèce en 1944.

Après la guerre, Damaskinos a continué à jouer un rôle important dans la vie publique grecque. Il a été impliqué dans la rédaction de la nouvelle constitution grecque et a été un défenseur de la démocratie et des droits de l'homme. Il a également été un leader de l'Église orthodoxe grecque et a travaillé pour promouvoir l'unité et la coopération entre les différentes Églises orthodoxes.

Damaskinos est décédé le 20 mai 1949, à l'âge de 58 ans. Il a été enterré dans la cathédrale d'Athènes et est considéré comme l'un des héros les plus importants de la Grèce moderne.

L'héritage de Damaskinos est celui d'un leader courageux et dévoué qui a risqué sa vie pour résister à l'oppression et défendre les droits de l'homme. Il a été un champion de la démocratie et de l'unité orthodoxe, et a laissé une marque indélébile sur la Grèce et l'Église orthodoxe. Il est commémoré chaque année en Grèce le jour de sa mort, et son nom est synonyme de bravoure et de sacrifice.
 

ARTICLES PRÉCÉDENTS
DEBAT : Le parlement à l'épreuve du mariage et de l'adoption pour tous
EPHEMERIDE : 20 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Déclarations de patrimoine des politiciens : Transparence ou contrôle ?
EPHEMERIDE : 19 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : La bataille des retraites - un débat crucial au parlement
EPHEMERIDE : 18 juin, un jour, deux vies, un décès
DEBAT : Vers une nouvelle ère judiciaire ?
EPHEMERIDE : 17 juin, un jour, une vie, un décès
MALAWI : Décès tragique du Vice-président Saulos Chilima dans un accident d'avion
DEBAT : Chypre face au défi migratoire : Débats houleux sur les nouvelles régulations au Parlement
EPHEMERIDE : 16 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Lituanie en ébullition : un parlement divisé face à la vague de protestations sociales
EPHEMERIDE : 15 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Réforme du système de santé : un tournant historique ou un pari risqué ?
EPHEMERIDE : 14 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : L'exploitation des fonds marins : un enjeu crucial au Parlement norvégien