ELECTION POLITIQUE CITOYEN

EPHEMERIDE

11 juin, un jour, une vie, un décès

11 juin, un jour, une vie : Fabiola

La reine Fabiola de Belgique est née le 11 juin 1928 à Madrid, en Espagne. Elle était la fille du comte Gonzalo de Mora y Fernández, Riera del Olmo, un noble espagnol, et de Blanca de Aragon y Carrillo de Albornoz, Barroeta-Aldamar y Elío, une dame de la haute société espagnole.

Fabiola a grandi dans une famille aisée et a reçu une éducation catholique stricte. Elle a étudié à l'école du Sacré-Cœur à Madrid et à l'Institut de la Vierge Fidèle à Bruxelles. Elle a également étudié la musique et le chant, et a donné des concerts de bienfaisance.

En 1960, Fabiola a épousé le roi Baudouin de Belgique, devenant ainsi la reine de Belgique. Le couple n'a pas eu d'enfants, mais Fabiola a été une mère de substitution pour les enfants du roi Léopold III, le frère aîné de Baudouin.

En tant que reine, Fabiola a été très impliquée dans des œuvres caritatives et sociales. Elle a créé la Fondation Reine Fabiola pour la santé mentale, qui vise à améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de troubles mentaux. Elle a également été présidente d'honneur de la Croix-Rouge de Belgique et a soutenu de nombreuses autres organisations caritatives.

Fabiola a été une figure très populaire en Belgique et à l'étranger. Elle a été admirée pour sa grâce, son élégance et sa compassion. Elle a été une représentante active de la Belgique à l'étranger, effectuant de nombreuses visites d'État et participant à des événements internationaux.

Le roi Baudouin est décédé en 1993, et Fabiola est devenue la reine douairière de Belgique. Elle a continué à être active dans ses œuvres caritatives et à représenter la Belgique à l'étranger.

Fabiola est décédée le 5 décembre 2014 à Bruxelles, à l'âge de 86 ans. Elle a été enterrée aux côtés de son mari, le roi Baudouin, dans la crypte royale de l'église Notre-Dame de Laeken. Elle est restée dans les mémoires comme une reine dévouée et compatissante, qui a consacré sa vie à aider les autres.

 

11 juin, un jour, un décès : Vasco Gonçalves

Vasco dos Santos Gonçalves est né le 3 mai 1899 à Porto, au Portugal. Il a suivi une formation militaire et a été diplômé de l'Académie militaire en 1919. Il a ensuite servi dans l'armée portugaise pendant de nombreuses années, atteignant le grade de général.

En plus de sa carrière militaire, Gonçalves a été impliqué dans la politique portugaise. Il a été un membre actif du mouvement républicain et a participé à la révolution de 1926, qui a renversé la monarchie portugaise. Cependant, la révolution a été suivie d'une période de instabilité politique et de régime autoritaire, connu sous le nom d'Estado Novo.

Gonçalves a été un critique virulent de l'Estado Novo et a été impliqué dans plusieurs complots visant à renverser le régime. Il a été arrêté et emprisonné à plusieurs reprises pour ses activités politiques.

En 1974, Gonçalves a été nommé Premier ministre du Portugal par le président António de Spínola, qui a pris le pouvoir après la révolution des œillets. Gonçalves a dirigé le gouvernement portugais pendant une période de transition politique, qui a vu la fin de l'Estado Novo et l'établissement d'une démocratie parlementaire.

Gonçalves a été un réformateur radical et a mis en œuvre de nombreuses politiques progressistes, telles que la nationalisation des industries clés, la réforme agraire et l'expansion des droits des travailleurs. Cependant, ses politiques ont été controversées et ont rencontré une forte opposition de la part des conservateurs et des élites économiques.

Gonçalves a démissionné de son poste de Premier ministre en 1975, après avoir perdu le soutien de l'armée et de la gauche politique. Il a ensuite vécu une vie relativement tranquille, loin de la politique.

Gonçalves est décédé le 11 juin 1982 à Porto, à l'âge de 83 ans. Il est considéré comme l'une des figures les plus importantes de l'histoire portugaise moderne, ayant joué un rôle clé dans la transition du pays vers la démocratie. Cependant, son héritage politique est toujours débattu, certains le considérant comme un héros révolutionnaire et d'autres comme un réformateur imprudent.

ARTICLES PRÉCÉDENTS
DEBAT : Le parlement à l'épreuve du mariage et de l'adoption pour tous
MALAWI : Décès tragique du Vice-président Saulos Chilima dans un accident d'avion
DEBAT : Lituanie en ébullition : un parlement divisé face à la vague de protestations sociales
EPHEMERIDE : 15 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Réforme du système de santé : un tournant historique ou un pari risqué ?
EPHEMERIDE : 14 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : L'exploitation des fonds marins : un enjeu crucial au Parlement norvégien
EPHEMERIDE : 13 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Le parlement luxembourgeois face à une réforme fiscale majeure
EPHEMERIDE : 12 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Paraguay face à la corruption : une réforme cruciale en débat au parlement
DEBAT : Singapour face à la taxe carbone : une révolution écologique en débat
EPHEMERIDE : 10 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : La polygamie en Côte d'Ivoire : entre tradition et modernisation
EPHEMERIDE : 9 juin, un jour, une vie, un décès
DEBAT : Avortement au Chili : vers une réforme historique ou une division profonde ?